banques

Ce que les entreprises attendent de leurs consultants

Il est loin, le temps où les consultants étaient perçus comme les seuls détenteurs de la vérité qu’ils venaient rabâcher aux dirigeants d’entreprises. Il est également loin le temps où les cabinets de conseil pouvaient se permettre de faire défiler des centaines de slides PowerPoint devant des interlocuteurs ébahis par la qualité des présentations.

Depuis quelques années, les attentes des comités de gestion des entreprises ont fortement évolué. Les entreprises n’attendent plus seulement des consultants des cabinets de conseil de compenser leur manque de ressources internes. Les demandes des directions financières se sophistiquent. Elles souhaitent de plus en plus une aide à la réflexion et des idées innovantes. Au-delà des projets qui nécessitent de renforcer les ressources internes de la direction financière, les consultants sont plus en plus sollicités dans une optique de réflexion organisationnelle et stratégique.

La mondialisation de l’économie a eu pour conséquence une suppression de plusieurs barrières à l’entrée de nombreux secteurs d’activité entrainant une concurrence de plus en plus accrue. Se différencier devient une nécessité vitale pour toute entreprise. Et pour cela, la réflexion organisationnelle et stratégique doit motivée toute prise de décision. Faire appel à des consultants revient à recueillir des avis de personnes possédant une double qualité : elles sont extérieures à l’entreprise donc ayant un prisme de réflexion différent de celui des dirigeants et elles sont dotées de fortes qualités techniques et d’analyses.

Parce que le dirigeant a aussi besoin de soutien face aux complexités réglementaires, fiscales et juridiques, les cabinets de conseil ajustent leur offre.

La vie de la fonction finance est évolutive : fusion, acquisition ou cession, changement de stratégie, politique de réduction de coûts, etc. Résultat : les cabinets de conseil offrent tous une solution d’accompagnement du changement. Les cabinets de conseil mettent aussi à disposition des directions financières des outils dont elles ne disposent pas en interne.

En conclusion, les clients demandent toujours plus de valeur ajoutée, et moins de process.